include_decouvrir


Les dernières nouvelles du vélo




retour

retour dernières nouvelles du vélo

Un site citoyen pour la promotion du vélo à Lyon et pour effectuer des sorties cyclistes de type "balade" ou "randonnée".
Pour participer, ou adhérer, ou se connecter à son espace ou consulter le calendrier prévisionnel cliquezici

art 425: Vent et Dombes

10/02/2020 

Dimanche 9 février 2020

Lorsqu’on achète un vélo, on achète un kit tout compris, pluie, vent et montées. Et aujourd’hui la pièce du kit la plus importante ce fut le vent. A l’origine nous devions en train atteindre Ambérieu-en-Bugey puis regagner Lyon en passant par de petites routes tranquilles de la vallée de l'Ain et de la Dombes. Mais Météo France avait prévenu : la tempête Célia qui traversait la France en ce dimanche 9 février 2020 risquait de nous confronter à des vents de 30km/h avec des rafales à 55 voire 60km/h. Les participants de cette randonnée, gens responsables et conscients de leur limite ne se sentaient pas le courage d’affronter un tel vent pendant 65 km, la distance prévue.

Après un débat démocratique à la gare de la Part-Dieu, il est donc décidé, à défaut d’inverser les vents, de faire notre randonnée dans le sens Lyon / Ambérieux, profitant ainsi d’une poussée dorsale qui est toujours la bienvenue. Et nous voilà partis, un groupe de 8 cyclistes affrontant dans un premier temps un élément du kit vélo, la montée de Caluire, Rillieux, le Mas-Rillier, pour nous arrêter à Le Montellier pour reprendre des forces en mangeant l'en-cas ( repas léger préparé pour être servi en cas de besoin). Et nos forces en ont eu besoin de cet en-cas : car si la direction sud/ nord est nous a évité quelques misères, la configuration de la route nous a pleinement fait profiter d’un vent latéral et de face par alternance. Joyeux, Chalamont, Cran, Saint-Maurice-de-Rémens puis Ambérieu où nous pouvons prendre un excellent train (comme dans les aventures de Sherlock Holmes où les trains sont toujours excellents). Mais pour réussir à monter dans ce train il faut accepter de descendre et gravir les escaliers de la gare qui ne possède pas d’ascenseur (à quand une glissière pour les vélos ?), puis grimper dans un wagon qui détenait sans doute un des records de hauteur de marche ou un quai particulièrement bas. Petit conseil technique : quand on est 8 et qu’il y a si peu de place pour les vélos, on les monte d’abord et on les range ensuite ! Surtout quand il ne reste plus que nous sur le quai et qu’on devine l’impatience du chef de gare à faire repartir le train.

Au final une belle randonnée pour des cyclistes qui, à défaut de faire feu de tout bois, savent se jouer des éléments et garderont de cette journée le plaisir d’avoir affronté ensemble les éléments et d'avoir passé un excellent moment. Bon vent !

Gérard qui cumule beaucoup de talents, photographe aussi avec Jean-Paul qui est rentré chez lui par la Croix du Ban


  • pas_de_photoGrands espaces
  • pas_de_photo
  • pas_de_photo
  • pas_de_photo
  • pas_de_photo
  • pas_de_photo